N’ayant pas internet au monastère durant ma retraite de méditation, je check approximativement le parcours pour rejoindre Yangon sur maps.me afin d’avoir une idée de l’itinéraire à prendre, au moins le  nom des villes..

Je décide donc de partir par le 1er songshaw du matin pour Mae Hong Son. De là je devrais pouvoir attraper le bus de 10h30 pour Mae Sariang, puis un bus pour Mae Sot, et le reste, j’improviserai !

Wat Tam Wua à Mae Hong Son

Départ donc à 8h du monastère après avoir dis au-revoir au habbot. Nous sommes 3 à quitter le monastère. Nous montons à bord du songshaw, mais en ces terres montagneuses du Nord-Es de la Thaïlande, il ne fait pas très chaud. Heureusement, j’ai ma couverture en laine de yak du Népal, et du coup je le partage avec ma voisine durant les presque 1h de trajet.

Arrivée à Mae Hong Son, surprise, il n’y a pas de bus à 10h30, les informations affichées au monastère n’étaient plus d’actualité. Du coup, je dois patienter jusqu’à 14h pour le mini-van jusqu’à Mae Sariang.

Nous en profitons pour nous balader à Mae Hong Son avec les 2 autres filles, qui elles attendent le bus de 15h pour Bangkok. Un petit tour au marché local, ou nous achetons une barquette de fraises. En mordant dedans, nous avons toutes les 3 eu la même réaction, OMG ! Indescriptible, mais que c’était du bonheur ! La nourriture au monastère était excellente, mais les fruits manquaient un peu… Nous continuons la balade dans Mae Hong Song, puis à  11h, un petit creux (ben oui, c’est l’heure du déjeuner au monastère !). On trouve un endroit sympa au bord du lac pour déjeuner, et je dois dire qu’après 5 jours sans viande, cela ne me manque pas du tout et je continue même à manger végétarien.

 

Mae Hong Son to Mae Sariang

Vers 13h, je me dirige ensuite vers la gare routière et prend le mini-van pour Mae Sariang. J’y arriverai aux alentours de 17h30. A l’arrivée, je me renseigne direct pour le bus du lendemain qui me conduira jusqu’à la ville frontière de Mae Sot, mais on me dit qu’il n’y a pas besoin de réserver. Je n’ai qu’à venir demain matin à 5h30 et payer au chauffeur. Je pars ensuite à la recherche d’un endroit où passer la nuit, et ayant fait la connaissance de Jasmine durant le trajet, une Finlandaise, nous décidons de nous retrouver plus tard.

A peine installée dans ma guest-house, que je rencontre un Français, qui m’offre une bière. On commence à parler, Jasmine nous rejoins et nous décidons à aller manger, mais il est un peu tard, 21h30, et ici beaucoup de resto sont déjà fermé, il ne nous reste plus qu’un bar/resto. Pour ma part, j’ai juste envie d’une salade légère, ça fait plus d’une semaine que je n’ai pas eu de dîner. Je commande donc une cashewnuts salad, seule salade sur le menu. Mais à ma grande surprise lorsque l’assiette arrive, point de salade, juste des noix de cajou mélangées à du piment !

Après cette soirée, je rentre me coucher un peu tard (environ 1h avec peut-être un peu trop bu). Je programme mon réveil à 4h30 pour le lendemain, le temps de me réveiller et de rejoindre la station de bus.

 

Mae Sariang to Mae Sot

Je dois avouer  que lorsque mon alarme sonne, ça pique un peu. Je sens clairement que j’ai trop bu (3 bières seulement pourtant…). Bref, je me rends au bus un peu embuée, et là surprise, c’est un Songshaw déjà très chargé que je vois arriver. A l’arrière,se trouve déjà une montagne de cartons, des arbustes et une motorbike, rien que ça ! Il va falloir que je passe les 6 prochaines heures là-dedans, où bien sur je suis la seule étrangère. Ah voyager comme les locaux, y’a que ça de vrai…

Une fois encore, c’est emmitouflé dans ma laine de yak que je voyagerai jusqu’à ce que le soleil passe au-dessus des montagnes, c’est-à-dire un bon moment. Le long du trajet, nous prenons sans cesse des gens en cours de route, à certains moment, ils seront 4 debout sur le marchepied. Et je ne parle pas de la route bien sûr, qui est plutôt une piste, mais j’apprécie le voyage.

Arrivée à Mae Sot ville, le chauffeur sera sympa  et ira même me déposer jusqu’à la frontière à quelque kilomètre pour le même prix !

Passages de frontière et rejoindre Moulmein

La sortie de Thaïlande ne pose pas de difficulté, il ne me reste plus qu’à traverser le pont à pied, sous une chaleur de plomb cette fois, pour passer au Myanmar. Et de là, il faut que je trouve un moyen de rallier la ville de Moulmein, je ne sais pas encore comment !

Ayant fait mon visa pour le Myanmar à Chiang Mai, l’entrée au Myanmar ne pose pas de difficulté non plus.  Juste un formulaire à remplir avec multitudes d’informations puis une photo et c’est bon.

Maintenant, c’est pas le tout, mais :

1, il faut que je trouve un distributeur pour retirer des Kyats, monnaie locale, et

2, il me faut un transport

C’est en me cherchant l’ATM, qu’un Anglais, la 50aine environ m’accoste en me disant qu’il va à Moulmein. Il a déjà trouvé un taxi, mais cherche quelqu’un pour partager les frais. Nickel ! Je retire mes 1er Kyats, et le retrouve. Nous avons 4h de routes jusqu’à Moulmein. La 1ère partie de la route est toute neuve, mais par la suite, notre chauffeur prend un raccourci, et nous nous retrouvons de nouveau sur une piste cahoteuse… Ça m’avait manqué !

 

Train pour Yangon

Je me fais déposer à la gare de Moulmein, et demande le train pour Yangon. Il est 18h, je n’ai rien mangé depuis mes noix de cajou de la veille, et le prochain train est à 19h, puis le suivant à 21h. Je décide de prendre celui de 21h, ne voulant pas arriver au milieu de la nuit à Yangon. Je pars à la recherche d’un endroit ou manger, mais ne connaissant pas trop le coin, je ne trouve rien. La seule nourriture vendu à la gare est frite, et ne me donne pas envie du tout. Tant pis, j’ai encore les noix de cajou acheté au marché de Mae Hong Son dans mon sac, je ne vais pas mourir de faim, d’autant qu’un voyageur, le seul rencontré, a pitié de moi et m’offre 2 mini-bananes !

Mon train partira avec 1h de retard. Lors de l’achat du billet, le gars au guichet m’avait conseillé de prendre un billet « upper-class », lorsque je vois le train, je suis contente de l’avoir écouté. L’ordinary-class est juste pourvu de banc en bois. Pour un trajet de 11h de nuit, même si ce n’est pas nickel de propreté, l’upper est bien plus confortable ! C’est donc parti pour 11h de train, secouée dans tous les sens, une fois de haut en bas, une fois de droite à gauche… Le trajet se faisant dans la nuit noire, je ne peux profiter du paysages. Mais les toutes les fenêtres sont ouvertes et j’aperçois quand même quelques pagodes illuminées le long du trajet. Je ne dormirai pas beaucoup, tellement secouée, j’ai même du attacher mon sac dans le casier supérieur tant il menaçait de tomber !

Et le matin, vers 9h, j’arrive enfin à Yangon ! Il m’aura fallu 2 jours de transports pour passer de ma méditation dans les montagnes Thaïs à l’agitation de Yangon, capitale du Myanmar (Birmanie pour les Français !), mais j’aime ça, que c’est bon… Le voyage fait partie du voyage ! 😉

 

About the author: snookmam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *