Difficile de quitter the 80’s guesthouse, mais il faut bien continuer à avancer. Ce sera donc d’abord une traversée en ferry, avant de rejoindre la gare routière pour prendre le bus pour Ipoh. Je repars accompagnée de Gautier, un Français rencontré à Georgetown. Quelques heures de bus plus tard, nous arrivons à Ipoh.

4/1, arrivée et balade à vélo

Partis de Georgetown en début d’AM, nous arrivons à Ipoh en fin d’AM. Nous logeons dans un établissement recommandé par Farbizio, rencontré à 80’s guest-house. L’auberge est bien cachée, mais avec le mail d’info qu’ils nous ont envoyé, on trouve sans trop de difficulté, Bike & Bed. Le concept est original, on paie pour les lits, et on nous prête des vélos pour se balader dans la ville.

A peine installé, nous sommes accueilli par un couple Germano-Italien en workaway, ce sont eux qui sont en charge de l’accueil des clients, la patronne ne vient pas souvent.

On dépose nos sacs, et empruntons des vélos pour partir à la découverte de cette petite ville. La gare semble-t-il est célèbre, car lieu de tournage d’un film… Inconnu pour moi, comme d’hab !

A force de pédaler, la pluie s’invite, mais en plus, mon vélo à un problème, d’abord de pédales bizarre, puis ensuite les 2 pédales se retrouveront en bas en même temps. Nous trouvons un endroit pou nous abriter, un petit resto indien, ça tombe bien, rien manger depuis le petit déj. On va se poser là en attendant que ça se calme…

Sur le chemin du retour, la pluie s’est calmé, nous regagnons l’hostel en longeant la rivière, moi en poussant mon vélo. Je perdrai même une pédale juste avant d’arriver…

De retour, on nous invite à partager le repas du soir, puis de nous joindre à l’équipe pour une soirée cinéma. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas regardé un film, et je ne m’en portais pas plus mal… Celui-ci était bien trop violent pour moi !

5/1, visite des cave temples… et nuit blanche

N’ayant pas beaucoup d’info sur la ville, on nous recommande la visite de temple un peu à l’écart du centre-ville. Nous prendrons le bus pour y aller. Il s’agit en fait de 3 temples, qui il faut bien l’admettre n’ont rien d’extraordinaire, si ce n’est que 2 sont un peu creusés dans la roche. Le plus beau est sans doute celui qui se trouve dans le cirque derrière la roche, avec toutes ses tortues. Mais c’est plus la magie de l’endroit que le temple qui vaut le coup !

L’AM, je ferai un peu de shopping, puis prendrai la douche. Décidément, les orages de fin d’AM semblent être monnaie courante ici. De retour à l’auberge, je me préparerai une petite salade, le temps de vérifier les infos pour la destination de demain, Cameron Highland et repos…

Enfin, repos c’était avant que je me rende compte que mon lit était infesté de punaise de lit, tout comme le mur et le lit de mon voisin Japonais. Impossible de dormir dans ces conditions, j’ai déjà le bras droit et la jambe droite pleine de piqure ! Pour ceux qui ne connaissent pas, les punaises de lit sont le cauchemar du voyageur. Il s’agit d’un insecte nocturne, qui loge dans les matelas ou autre tissus, qui se nourrit de sang humain. Se promenant sur notre corps pendant la nuit, ils se nourrissent en pompant notre sang en nous piquant.. Ses piqûres n’ont rien à voir avec une piqûre de moustique, celle-ci sont démangent furieusement, et même le baume du tigre ne les apaise pas.

On se regroupe donc tous pour passer la nuit côté salon, mais personne n’arrive réellement à dormir. Le Japonais panique dès que l’on éteint les lumières, puisqu’il a lu sur internet que celle-ci sont actives dans l’obscurité. Nous garderons donc les lumières allumées toute la nuit… On appelle la proprio, qui ne répond pas. Elle rappellera finalement à 2h du matin, puis passera tôt le matin. Elle nous rembourse les 2 nuits, et propose de nous inviter pour le petit-déjeuner. On n’a pas le temps, on a un bus à prendre : bilan, hébergement gratuit, mais avec le stress durant ensuite un certain temps d’avoir ramené des bedbugs avec nous…. Plus tard, je verrai que finalement non, ouf !

Pas fâchée de quitter Ipoh !

 

About the author: snookmam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *