Après un trajet de nuit, sur des routes un peu (beaucoup) sinueuses, nous arrivons à Medellin en milieu de matinée. Un petit peu de temps pour trouver comment nous rendre à l’hostel que nous avons repéré… La chose est finalement rendu facile car un couple d’Allemand se joint à nous. Du coup, cela nous permet de partager une navette privée pour un prix correct qui nous conduira directement à la porte de l’hostel.

A l’arrivée, nous sommes accueillis par la patronne, très sympa, mais qui nous informe d’abord que la piscine est HS. Finalement, pas très grave, nous décidons de rester. Nous prenons nos quartiers et faisant le tour du propriétaire.

27/10 1er pas à Medellin

Pour commencer, nous sommes un peu affamés, après une nuit de bus, et rien mangé de consistant depuis… je me rappelle pas en fait ! Bref, nous partons aussitôt au supermarché, et au passage nous constatons que le quartier a l’air assez safe. De retour, une bonne salade de légumes frais comme j’aime, un bonheur.

Nous nous baladerons ensuite sur la carrera 80, rue animée de cette zone de la ville jusqu’à l’heure de l’apéro… Du coup, nous ferons une pause improvisée dans un bar, où je dégusterai un délicieux cocktail à base de rhum de Medellin, façon ti-punch : délicieux ! De retour à notre auberge en début de soirée, pour notre dernière soirée ensemble, avec Tan Ja et Svenja. Au menu, guacamole maison bien sur, et quelques bière, le tout sur la terrasse, au bord de la piscine, malheureusement HS.

 

28/10 Medellin… pas si safe

D’abord, un peu d’histoire :

Medellin, 2ème ville de Colombie en termes de population a très longtemps eu une mauvaise réputation. Notamment en raison du Cartel de Medellin, dont le chef n’était autre que Pablo Escobar. Ce cartel n’était rien de moins que le plus important réseau de Narcotrafiquant du monde, rien que ça ! Malgré ce rôle de chef du Cartel de Medellin, Pablo Escobar a également œuvré pour le développement de la ville. Engagé politiquement dans la ville de Medellin, il a pas mal aidé les populations défavorisées de la ville, ou dans les bidonvilles alentours, notamment en investissant l’argent du narco trafique dans des infrastructures.

Mais ça, c’était avant que le gouvernement voit ça d’un mauvais œil, commençe la lutte contre le Cartel de Medellin, entrainant de nombreux morts.  Pour ne rien arranger, s’ajoute à ce climat instable, la guerre contre le Cartel de Cali… Pas étonnant, que le taux d’homicide dans cette ville atteignait des records à cette époque. La violence y est donc à son maximum dans le milieu des 80s, et jusqu’à la mort de Palo Escobar en 1993. Malgré cela, en raison de son aide envers les pauvres,  aujourd’hui, Pablo Escobar fait partie des célébrités de la ville. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Pablo Escobar et le cartel, je vous recommande la série Narco, qui paraît-il est assez proche de la réalité.

Aujourd’hui, Medellin est considérée comme une ville innovante. Du coup, après un bon petit déjeuner (smoothie !!!), je décide de me rapprocher du quartier El Poblado, réputé pour être assez safe avec pas mal d’animation. Mes amies m’accompagnent, et nous décidons ensuite d’aller nous balader dans le quartier historique de la ville. Après un rapide check-in dans un hostel dont j’ai rencontré le patron à Cartagena, nous voilà parties !

Étant arrivée trop tard pour le free-walking tour, nous décidons de nous balader au hasard des rues, chose normale pour un voyageur… D’abord, nous nous retrouvons au milieu de rues bondées de gens, avec stands vendant tout et n’importe quoi… Après environ 30mn de marche dans la foule, nous cherchons un endroit un peu plus calme pour se poser et prendre un café, et du coup nous éloignons un peu du centre historique… Pour finir dans des rues pas très bien fréquentées, et finalement, nous faire suivre par un type pas très clair. Tan Ja, qui parle Espagnol couramment comprend très bien ce qu’il nous dit, pour ma part, j’utilise la technique de l’ignorance, mais au bout d’un moment, Tan Ja boue et l’envoie bouler… Bref, après ça, elle se sent pas franchement en sécurité dans cette atmosphère malsaine. Nous décidons de nous réfugier dans une église, histoire de se poser au calme quelques minutes et de prendre une décision. Finalement, nous déciderons de marcher rapidement vers la prochaine rue de circulation, et de sauter dans le 1er taxi disponible, ce que nous ferons. Nous aurons la chance de tomber sur un chauffeur très cool… Qui d’abord nous demande ce que l’on fait là, no comment !

Pour finir, il nous conseille d’aller sur la 35ème, vers l’université et nous y conduit. Nous y déjeunerons puis nous baladerons ensuite en remontant jusqu’à la 80ème, et je retournerai à mon hostel en fin d’AM, tandis que mes amies reprennent le bus direction Bogota où elles ont un vol le surlendemain pour rentrer en Allemagne. Soirée, repos à l’auberge, et recherche pour voir ce que je veux faire ensuite, je ne me vois pas rester sur Medellin…

 

Plus tard, je rencontrerai à Guatapé un couple d’Allemand qui a fait le free-walking tour de Medellin. Leur guide leurs a dit « Ne vous aventurer jamais plus loin que cette église ! ».

Il semblerait que ce soit là où nous sommes allées. La ligne rouge ici est très proche du centre historique, quelques blocs et c’est plus la même atmosphère….

 

Pour une fois, vu le peu de temps passé ici et l’atmosphère, je n’ai pas osé sortir mon appareil photo le peu de temps que nous nous sommes baladées en ville. Du coup, je n’ai pas de photo à partager…

 

About the author: snookmam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *