Après un trajet de 56h depuis Vilcabamba, ma dernière étape Équatorienne, c’est « toute fraîche » que je débarque à Huaraz à 4h30 du matin. Je marche jusqu’à un hostel pas très loin du terminal de ma compagnie, puis réussit à entrer grâce aux autres clients (réception fermée à cette heure matinale). Je me trouve un canapé pour tenter de finir ma nuit, mais c’est peine perdue, impossible. J’ai du dormir 20mn peut-être… Bref, à 7h, je peux faire le check-in, déposer mon gros sac et prendre le petit déjeuner ! Car il faut dire qu’avec tout ce temps dans les transports, je n’ai eu qu’un seul repas en 56h !

12/1 Découverte de Huaraz et repos…

Une fois repris des forces avec mon petit déjeuner, je demande quelques informations sur ce qu’il est possible de faire dans les environs. Je dois avouer que ce qui m’a amenée ici sont les possibilités de randonnées et treks, dont la fameuse Laguna 69 et le Santa-Cruz trek !

Je fais alors connaissance de Viktor, Quechua. Il gère l’hostel avec 2 de ses frères. D’abord, il me renseigne sur les possibilités de rando à la journée, excellente pour l’acclimatation. La ville de Huaraz se situe en effet à 3000m et la plupart des randonnées ici autour vont au-delà des 4000m, voir avoisinent les 5000m. Par conséquent, pas question de partir comme ça, tête baissée. Il me recommande donc 3 randonnées dites « d’acclimatation » histoire de me mettre en jambe. Mais de toute façon, pour aujourd’hui, ce sera repos après mes 2 nuits de bus.

Du coup, en début d’AM, je vais découvrir un peu la ville de Huaraz. Déjà, j’adore la ville, puisque tout autour, on peut voir les sommets enneigés de la Cordillera Blanca, un bonheur pour moi ! Sinon, la ville est assez animée je dois dire, avec son marché juste à côté de l’hostel, puis la place des armes. Je fais quelques provisions de fruits et légumes par la même occasion, et découvre avec plaisir que c’est bien moins cher que l’Équateur ! Bref, je fais mes repérages, et déniche également une boulangerie vendant du bon pain, presque de la baguette, c’est bon, j’ai pris mes marques !

Je déguste également dans la rue ma première spécialité locale : un genre de maïs, ou peut-être lupin servi avec un Aji (mixture à base d’oignons, persil et piment, assez fort) : un délice !

J’en profite aussi pour faire le tour de quelques agences de trek, mais les infos sont les mêmes que celles reçu à mon hostel. En fin de journée, retour pour un bon dîner et une bonne nuit de sommeil

 

13/1 Rando à la Laguna Willcacocha

Pour ma 1ère nuit dans un vrai lit, je n’avais pas envie de me lever aux aurores pour partir en rando. Du coup, j’ai choisi de faire cette petite randonnée d’acclimatation. Départ du Puente Santa Cruz à 3160m pour arriver à la Laguna Willcacocha à 3745m. Soit un petit dénivelé, mais avec l’altitude, c’est suffisant pour une 1ère rando. La randonnée se situant sur le coté Cordillera Negra, au fur et à mesure de l’ascension, je peux découvrir (entre les nuages) quelques sommets enneigés de la Cordillera Blanca. Quelle bonheur de voir les montagnes enneigées, ça a toujours cet effet magique sur moi.

Arrivée à la laguna, encore une autre vue sur un pic enneigé, mais vraiment brève, les nuages persistent à s’accrocher au sommet en cette saison des pluies. La laguna en elle-même ne vaut pas franchement le détour, chez nous on appellerait ça une marre à canards ! Mais bon, c’est plus pour l’acclimatation et la vue environnante que cette rando est intéressante.

Retour à Huaraz en début d’AM, Je déguste encore cette spécialité découverte hier, le maïs/lupin épicé avec l’Aji, Yummy ! Le reste de l’AM est tranquille avec course au marché et pour ce soir : Quinoa !

 

14/1 Rando à la Laguna Churup

Pour cette 2ème rando d’acclimatation, il faut partir un peu plus tôt. Réveil 6h donc, petit déjeuner et direction le collectivo pour Llupa. La météo aujourd’hui ne semble pas être de la partie. Il ne pleut pas encore, mais le ciel est très chargé, bouchant toute vue. Arrivée à Llupa, mon chauffeur me propose de me déposer à Pitec, m’économisant ainsi 1h30 de marche pour 5 soles. D’habitude je préfère marcher, mais là, lorsque je vois le temps, il n’y a aucune vue, et hormis pour le plaisir de marcher, cela n’a pas beaucoup de sens. J’accepte, et après environ 1h de collectivo, me voici à Pitec, où je m’acquitte des 10 soles de droit d’entrée avant d’attaquer l’ascension. Ici à Pitec, je sui déjà à 3900m, soit plus haut qu’hier. J’attaque la montée, je dois dire assez doucement. La vue est toujours la même, blanche et blanche… Au détour d’une courbe, je devine une cascade dans la roche, et après encore un peu de marche, je découvre, qu’il va falloir escalader à coté de cette cascade. La montée est vraiment raide, sur la roche mouillée mais quelques câbles sont là pour nous aider. Je n’ose pas imaginer comment je vais redescendre. Une fois l’escalade terminée, je découvre qu’il faut encore  traverser la rivière. 4 Péruviens se trouvent là aussi, ils étaient dans mon collectivo ce matin. Les 2 gars forment un espèce de pont en travers de la rivière, nous permettant de nous accrocher à eux et leurs bâtons pour traverser. Nous, c’est-à-dire moi et les 2 filles traversons ainsi la rivière. Merci les gars !

Encore un peu de marche hasardeuse à flan de rocher, puis nous arrivons à la Laguna, 4450m. Ma plus haute altitude jusque là ! En temps normal, facile d’imaginer que l’endroit est magique, mais aujourd’hui, avec les nuages je ne peux malheureusement pas en profiter. Je marche un peu autour, monte un peu en hauteur, mais ne vois malheureusement presque rien. Ok, cela donne une ambiance un peu mystique, mais c’est tout de même un peu frustrant… Du coup, une pause déjeuner, qui fait arriver la pluie, puis je décide de redescendre sans même pousser jusqu’à la Laguna Churupita. De toute façon, je ne pourrai rien voir.

Je commence à descendre, tranquillement, la traversée de la rivière dans l’autre sens sera plus facile. Un saut bien calculé et le tour est joué ! Pour la partie désescalade ensuite, c’est finalement moins pire que ce que je pensais. Bien sur c’est glissant (surtout avec mes nouvelles chaussures qui accrochent bien moins que mes anciennes), mais en étant vigilant pas de soucis !

J’effectuerai ensuite toute la descente sous la pluie, ce qui finira de me déculpabilisé du fait d’avoir pris le collectivo jusqu’à Pitec au lieu de marcher, avec cette 1h30 de marche de marche en plus, j’aurais rencontré la pluie beaucoup plus tôt… A l’arrivée à Pitec, le collectivo arrive en même temps que moi. Même si je dois attendre les 4 Péruviens, je peux au moins le faire à l’abri.

Retour sur Huaraz, quelques emplettes, une bonne douche chaude et un dîner avant une bonne nuit de sommeil. Demain repos, c’est dimanche, et la météo s’annonce encore pire qu’aujourd’hui. Je verrai lundi pour la Laguna 69 ou le Santa Cruz.

 

15/1 Journée repos

Aujourd’hui, ben la météo ne s’était pas franchement trompé, dès le réveil, le temps n’est pas bon. Cela fini de me faire déculpabiliser d’avoir pris une journée de repos. J’en profite pour faire plus ample connaissance de Viktor, et passe une bonne partie de la journée à discuter avec lui. Il me vante les paysages de la région, particulièrement sur le trek de la Huayhuash, mais très honnêtement, il m’avoue que ce n’est pas la peine d’y penser en ce moment, avec la saison des pluies, ça ne vaut pas le coup.

En journée, bien sur je ferai mon traditionnel tour au marché, puis réserverai également pour la Laguna 69 pour le lendemain… Ce marché est incroyable, on y trouve énormément de « super aliment » comme on dit chez nous, pour une bouchée de pain. Ainsi ici, le kg de graine de Chia vaut 8 soles, soit 2,20€ ! Quand on voit le prix en France… Autre super aliment, le Kiwicha, céréale Andine, classé également dans les supers aliments. J’en ai déjà achetée 4 grosses galettes, ce qui permet de remplacer les barres de céréales en randonnée pour beaucoup moins cher : 2 soles les 4, et c’est délicieux !

 

16/1 La fameuse Laguna 69

Ce matin, c’est départ à 5h ! Autant dire que la nuit fur courte, surtout que pour moi pas moyen de dormir hier soir… Bref, pas trop grave, d’autant que j’étais toute seule dans un dortoir de 10 lits, ce qui fait que ce matin, pas de soucis, je peux allumer la lumière pour m’habiller et préparer mes affaires… Bref, le pick-up se fait un peu après 5h, puis c’est un peu plus de 3h de route, avant d’arriver à Cebollapampa 3900m. Ici, c’est parti pour environ 2h30 de marche, jusqu’à 4600m, encore un nouveau record d’altitude pour moi en vue aujourd’hui.

On commence donc la marche tranquillement, la montée est plutôt progressive. Mais on dirait que la météo se igue contre moi… Non, pas de parano, c’est ce qui arrive de voyager en saison des pluies. Du coup, pas de visibilité encore aujourd’hui, et lorsque nous arrivons à la Laguna, il commence à pleuvoir… Pas très grave, si ce n’est que l’on distingue à peine le bleu de la laguna, et entre 2 nuages,  on distingue un peu la cascade, sans pour autant voir le sommet de la montagne d’où elle descend…

Une petite pause au bord de la laguna, d’autant qu’un Allemand a eu la bonne idée de monter un réchaud et nous offre le thé, un bonheur ! Après avoir profité de la « vue », c’est parti pour la redescente, qui bien sera plus rapide que la montée. Arrivée en bas, la météo se fait un peu plus clémente, et du coup sur le chemin du retour, nous pouvons nous arrêter à la Laguna qui était invisible ce matin.

Retour ensuite sur Huaraz, et après les conditions météo des derniers jours, ma décision est prise, je reviendrai plus tard pour faire le trek Santa Cruz. Non pas que cela me dérange de marcher sous la pluie, mais ne pas pouvoir profiter du paysage m’irrite un peu plus. C’est comme travailler sans être payé 🙁

 

17/1 Bye Huaraz

Ce matin, du coup réveil tranquille, pas de rando en vue, et mon bus est réservé pour Lima ce soir, afin de prendre un vol le lendemain pour Cusco. Et bien sur, comme pour me narguer, ben aujourd’hui, il fait grand beau… Grrr !!! Trop tard pour changer d’avis j’ai mon billet de bus pour ce soir, arrivée à Lima demain matin et le 19/1, je vol pour Cusco, cela m’évite les 22h de bus et pour un prix très correct. Je profite de ma dernière journée pour me balader un peu sous le soleil de Huaraz, faire un petit tour au marché de l’artisanat. Bref, un journée tranquille, aussi à bavarder avec Viktor, et en fin de journée, le temps de dire au-revoir et direction la gare de bus, bye Viktor et bye Huaraz !

 

About the author: snookmam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *