Après un 1er camp de base à Moab, j’ai choisi Page comme 2ème camp de base. En effet la ville de Page, située au Nord-Est de l’état de l’Arizona ,juste à la frontière avec l’Utah, offre pas mal d’avantage. Pas mal de choses à voir dans les environs proches de la ville, comme le Lac Powell, Antelope Canyon, Glenn Canyon ou encore le fameux Horse Shoe Bend. Mais elle a aussi l’avantage d’être située relativement proche du Grand Canyon (en out cas à l’échelle Américaine) : 130 miles du Grand canyon, North ou South Rim, sans compter que les paysages autour sont très impressionnants, passant du désert rouge désert rouge à un paysage lunaire…

Nous sommes donc arrivée à Page en début de soirée. Juste le temps de faire connaissance avec Alexis (en tout cas pour ma part, Audrey a déjà été hébergée ici 2 fois) autour d’une bière, avec également 2 Allemandes en road-trip aux USA avant de prendre une bonne nuit de repos, bien mérité après en avoir pris plein les yeux entre Valley of the Gods et Monuent Valley… Plus »

« The Grand Canyon »… Je ne l’ai pas encore vu, mais Audrey est tombée amoureuse depuis qu’elle l’a vu la 1ère fois : « Love at first sight » comme on dit ici.  Je dois avouer, que je suis très « excited » également, pour reprendre l’expression Anglaise. Le Grand Canyon, fait partie, au même titre que la Muraille de Chine, Angkor Wat au Cambodge ou encore Bagan au Myanmar des emblèmes de tout un pays !

Depuis notre camp de base, Page, nous avons décidé, pour raison de budget, de ne pas passer de nuit au Grand Canyon, même si le fait de pouvoir admirer le lever de soleil sur le Grand Canyon est tentant… Du coup, 2 jours de suite, nous ferons le trajet (2h30 aller) de Page au Grand Canyon, rive Nord d’abord, puis rive Sud le lendemain. Au programme, points de vue en voiture, rando of course, et plein les yeux surtout ! Plus »

De Moab à Page, 277 miles de trajet. Pas la mère à boire comme on dit chez nous, mais je n’ai pas envie de ne faire que passer la journée en voiture, surtout que sur le trajet, on a prévu de faire un arrêt à National Bridges Monument, et bien sûr, Monument Valley.

Du coup, comme je n’aime pas faire les choses en vitesse, je choisis de faire une halte à Blanding, une des seules villes avec possibilité d’hébergement (très cher) sur la route…

20/6 Route Moab-Blanding et National Bridges Monument NP

Début de matinée nous prenons la route pour Blanding, notre prochain arrêt. L’axe Moab-Page traverse une partie de l’Utah du Nord au Sud par l’est de l’état. Les paysages sont toujours aussi magnifiques rendant le trajet très agréable. Nous pourrons donc admirer au passage Wilson Arch et de nouveau « turtle rock », et bien d’autre paysage époustouflant. Plus »

Lorsque l’on voyage aux USA, hormis le fait de la voiture, se pose aussi le problème de l’hébergement. Pas facile de trouver un hostel cheap, à moins de 30-35$ la nuit, et le couch-surfing nécessite un peu d’anticipation, chose que je ne sais absolument pas faire. Du coup, après x recherches sur hostelworld, booking et autre site usuel pour les voyageurs sans succès, c’est sans trop y croire que j’ai tapé « hostel Moab » dans google, et là, à ma grande surprise, je suis tombée sur un hostel à Moab, référencé nulle part, et pour 12 bucks la nuit !!!! Incroyable. Pour une fois, je réserve par téléphone, et cool ils ont de la place pour moi.

Ce sera donc mon camp de base pour mon séjour dans cette région. Moab, situé pile poile au milieu de Arches National Park et les 2 Canyonland National Park 🙂 Plus »

Après mon moment d’égarement à Bozeman, un peu de reprise en main, et pour ça rien de meilleur que de continuer à aller de l’avant ! Ainsi, j’ai pris un billet de bus pour Salt Lake City, porte d’entrée de l’Utah ! Cet état m’a toujours fait rêver depuis que j‘ai vu le film 127h. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, je vous le recommande vivement ! (Paysages magnifiques, et histoire vrai de Aron Ralston)

Bref, bus de nuit pour Salt Lake City, et après un arrêt forcé suite à notre choc avec un deer, c’est congelée par la clim et un peu exténuée que j’arrive à Salt Lake City à 4h du matin… Sachant que le check-in de mon hostel n’est pas avant 15h, et ne voulant pas traverser la ville à pied au milieu de la nuit, je fini ma nuit par terre à la gare routière… Et très honnêtement, le carrelage n’est pas si inconfortable que ça, de toute façon, ce n’est pas la première, ni la dernière fois ! Plus »

Après avoir passé 2 journées complètes à Glacier National park, nous reprenons donc la route et quittons notre belle maison de Kalispell, non sans avoir laissé un petit souvenir pour nos supers hôtes ! De nouveau en voiture avec Michele, je réalise que clairement, ça ne va pas être possible de continuer comme ça. Sa conduite me fait vraiment peur ! Aujourd’hui, il s’en est fallu de peu pour que nous percutions un pont, tout ça parce qu’il regardait le paysage ! Du coup, durant tout le reste du trajet, une atmosphère assez tendue régnait dans la voiture… Plus »

Après avoir fait connaissance de nos hôtes et passé une super soirée avec toute la famille et une bonne nuit de sommeil dans notre « maison » au fond du jardin, nous nous dirigeons vers mon 1er parc national Américain. Celui-ci n’était pas sur ma liste, mais comme évoqué plus tôt, voyager à 2 impose des compromis, et celui-ci en était un. Bref, nous y avons passé 2 jours, ce qui est peu pour un si grand parc, mais la route centrale était encore fermée en raison de la neige, et à moins de faire tout le tour du parc par le sud ce qui prend un certain temps, c’était compliqué de visiter le coté Est du parc… Next time ! Plus »

La route de Seattle à Kalispell, la ville la plus proche de Glacier National Park, est assez longue : 515 miles, soit 824 km. Perso, si j’avais été au volant, j’aurais fait je pense tout d’une traite, mais n’ayant droit qu’à un seul chauffeur pour la voiture, c’est Michele qui conduit… Pour l’unique raison qu’il a préféré payer avec sa carte en me disant qu’il avait toutes les assurances nécessaires avec, du coup, il doit être le conducteur… Plus »

Après un passage de frontière sans encombres, hormis le fait qu’il soit difficile d’expliquer au douanier qui nous pose pas mal de questions que l’on est payé sans travailler… Pour un Américain, c’est un peu irréaliste, ce ui est compréhensible lorsque l’on sait que la plupart d’entre eux travaillent plus de 50h par semaine, avec en moyenne 2 semaines de congés par an… Finalement, même avec son air sceptique, nous n’aurons aucunes difficultés à entrer sur le sol Américain, et ce malgré que j’aie avec moi des environ 500g de noix de cajou et autant d’amandes crues… Un vrai délit, finalement, on me laissera passer avec ça ! J’ai presque l’impression d’être un dealer… Heureusement, c’est pour ma consommation personnelle ! Plus »